A- A+

Expositions temporaires

   LE TRUC D'AVANT

   Du 1er juin au 30 septembre 2016

ordi-machinecBigbangpt

Le Musée comtois propose une exposition temporaire portant sur le thème des objets disparus de notre quotidien dans la deuxième moitié du XXe siècle. Les enjeux de cette exposition reposent d'une part sur la valorisation de ces "Trucs d'avant", reflets d'un mode de vie et témoins d'un contexte passé et, d'autre part, sur l'étude des phénomènes sociaux liés à l'usage et à la consommation de ces objets.

L'exposition met ainsi en lumière le phénomène de l'obsolescence des objets, de son accélération ces dernières décennies et de son impact sur les pratiques sociales. Les causes de la disparition de ces objets sont multiples : effet de mode, apparition de nouvelles technologies, échec commercial, évolution ou changement des pratiques sociales, mais est-ce toujours un progrès ?

L'exposition soulève également la problématique de la patrimonialisation de ces objets d'hier dont le souvenir est encore très présent.

 

> Gratuit pour les détenteurs d'un billet Citadelle.

> Horaires d'ouverture identiques à ceux du musée.

   LA PHOTOGRAPHIE PRIVEE, TEMOIN SOCIAL ET HISTORIQUE. Collection d'Orival, 1880-1900

   Exposition semi-permanente 2015-2017

"Rue des boucheries, Besançon", photographie de la collection d'Orival, 1880-1900

Parmi ses collections de photographies, le Musée comtois conserve plusieurs centaines de négatifs sur plaque de verre ayant appartenu à la famille d’Orival. Passionnés de photographie, certains membres de cette famille aristocratique de Besançon se sont livrés, dès les années 1880, à ce loisir alors réservé à une certaine élite. Cet ensemble de plaque de verre a été donné au Musée comtois en 2012 par Mme Véronique de Grivel.

L’exposition propose de parcourir les pages d’un album de famille où se succèdent des portraits posés d’intérieur, des mises en scène fantaisistes dans les jardins des maisons de campagne et des images plus rares, prises sur le vif dans les rues de Besançon les jours de marché ou de foire.

Présentées pour la première fois, ces photographies illustrent les débuts de la quête du souvenir. Elles dessinent le portrait d’une époque passée, d’un certain milieu social et sont un précieux témoignage de la vie urbaine de Besançon à la fin du XIXème siècle. 
"Henri d'Orival de Miserey, Instantanée, Rue des Boucheries, Besançon, Mars 1892"

> Gratuit pour les détenteurs d'un billet Citadelle.
> Horaires d'ouverture identiques à ceux du musée.



Archives
Expositions récentes réalisées par le Musée comtois 

   GERMAINE TILLION, ETHNOLOGUE DANS LES AURES, 1934-1939 (du 26 mai au 20 septembre 2015)

IMG 1968

Connue pour ses engagements dans la Résistance et ses courageuses prises de positions lors de la guerre d'Algérie, Germaine Tillion reste en revanche bien méconnue comme ethnologue. C'est pourtant une clef de compréhension de cette femme hors du commun. Sa première grande mission, dans l'Aurès Algérien des années 1930, a nécessité de nombreuses photographies où transparaît son attachement pour les Berbères.

Cette exposition  propose une approche originale de cette grande humaniste à l'esprit éclairé dont les paroles résonnent encore aujourd'hui : "si l'ethnologie qui est affaire de patience, d'écoute, de courtoisie et de temps, peut encore servir à quelque chose, c'est apprendre à vivre ensemble."

Le Musée comtois expose 60 de ses plus beaux clichés accompagnés de plusieurs documents audiovisuels.

 ARTISANS DU FER (du 01 mars 2014 au 05 janvier 2015)

Platineur - Musée comtoisEn préfiguration de l'exposition de l'été 2014, Forgerons de lames, où se rencontreront les techniques traditionnelles de forge franc-comtoise et japonaise.

Artisans du fer est une exposition de photographies qui propose de redécouvrir les métiers anciens liés au travail du fer : charron, maréchal-ferrant, taillandier, rémouleur, rétameur...
Le forgeron notamment, demeure un acteur clef de l'activité artisanale des villes et des villages durant des siècles. Figure énigmatique et légendaire, maîtrisant le fer et le feu, il exerce un attrait tout particulier sur les habitants du village. C'est aussi de lui que dépendent les autres artisans nécessitant de nombreux outils.
Cette exposition de photographies noir et blanc est enrichie d'objets issus des collections du Musée comtois.

 

 

 FORGERONS DE LAMES  (du 01 juin au 02 novembre 2014)

forgeronsdelames

Cette exposition fut conçue comme une véritable rencontre, scientifique et culturelle, sur l'art de forger des objets tranchants. Ce fut l'occasion de valoriser trois collections régionales uniques : celle des outils de forge du Musée Comtois, et les collections japonaises prêtées par le Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon et les Musées de Belfort. 

(Re)découvrez l'exposition en vidéo réalisée par Serge Mascret.

 

 

 

 

  DIS-MOI, C'EST QUOI LE PATRIMOINE MONDIAL ?   (du 01 mai 2013 au 05 janvier 2014)

Exposition "Dis-moi, c'est quoi le Patrimoine mondial ?"

Dans le cadre du 5e anniversaire de l'inscription du site fortifié sur la Liste du Patrimoine mondial par l'UNESCO.

Sous le patronage de la Commission française de l'UNESCO.

Particulièrement adaptée aux 7-14 ans, cette exposition claire et ludique invite à découvrir en famille ce qu'est le Patrimoine mondial. Réunissant de nombreux clichés issus de l'important fonds de photographies d'ethnographie du Musée comtois, qui couvre notamment le patrimoine régional de Franche-Comté, l'exposition est enrichie de plusieurs courts métrages réalisés par l'UNESCO pour le jeune public, ainsi que de jeux pédagogiques. L'occasion pour les jeunes de découvrir que le Patrimoine mondial est sans frontières, omniprésent et qu'il induit de notre part à tous une responsabilité.



 UN CERTAIN REGARD SUR LA VIE (du 01 février au 31 mars 2013)

Musée comtois collection photographique Folklore comtoisC'est sa passion pour sa région natale et ses habitants qui a continuellement guidé Jean Garneret (1907-2002). Elle est non seulement à l'origine de sa vocation de prêtre, mais c'est aussi ce qui l'a conduit à collecter, enregistrer tout ce qui constitue la mémoire populaire comtoise.
L'abbé Garneret, fondateur du Musée comtois, rassembla une collection de plusieurs milliers d'objets, de dessins, de livres, de nombreuses études et plus de 66 000 photographies prises dans les années 1930 à 1990, non seulement par lui mais également par plusieurs membres de l'association Folklore Comtois.

Au travers d'un échantillon de photographies prises sur le vif, cette exposition présente un univers rural en profonde mutation : les paysages, l'architecture, mais également les gestes du quotidien, les événements familiaux, les artisans au travail, le monde paysan.... 
Autant de témoignages devenus rares.

 

MARIONNETTES, TERRITOIRES DE CREATION (du 15 juin au 7 novembre 2012)

 

 

 

 

 

 

 



Conçue en partenariat avec l’association nationale des théâtres de marionnettes et des arts associés (THEMAA), cette exposition aborde un sujet universel : l’art de la marionnette. On y découvre l’évolution d’un art du spectacle vivant, des traditionnelles marionnettes comtoises aux marionnettes contemporaines de plusieurs compagnies d'aujourd'hui, avec un accent tout particulier sur la marionnette politique de ces dernières années.
Elle est accompagnée d’ateliers de création et d’initiation aux arts de la marionnette, ainsi que de plusieurs spectacles avec, en avant-première, la compagnie Label Brut et Babette Masson, renommée pour l’originalité et la force de ses spectacles.
Catalogue en vente à la boutique de la Citadelle.


FABULEUX CERCUEILS DU GHANA ET D'ANGLETERRE
 (du 20 mai au 4 septembre 2010)


Cercueil anglais (Vic Fearn & Company Ltd)

Depuis quelques décennies, au Ghana et plus récemment en Angleterre, est apparu un nouveau phénomène de société lié à la mort : les cercueils figuratifs. Cercueils rituels au Ghana, ils sont surnommés « Crazy Coffins » par les Anglais. Quand en Outre-Manche, ces étonnants cercueils en forme d’avion, de Rolls-Royce, de guitare électrique ou de chaussure de football symbolisent la personnalité ou la passion du défunt, en Afrique de l’Ouest, ils reflètent l’activité terrestre qui fit sa réussite et celle de son clan. Ils prennent alors la forme d’un poisson ou d’une pirogue pour les pêcheurs, d’un oignon ou d’une cabosse de cacao pour les cultivateurs...
L’exposition a donné lieu à un catalogue d’exposition.

 

 

L’ESPRIT ET LA MATIERE (du 14 mai au 30 septembre 2009)


Masque mendiant Wé

Cette exposition est une invitation au voyage au travers d’une collection de masques, statuettes, sculptures traditionnelles et instruments de musique réalisés dans les années 1940 et 1950 par des populations du centre et de l’ouest de la Côte d’Ivoire.
La grande majorité de cette collection, conservée au Muséum d’histoire naturelle de Besançon, a été réunie par Jean-Luc Tournier (1907 – 1985), Franc-comtois d’origine qui vécut la majorité de sa vie en Côte d’Ivoire.
L’exposition est un coup de projecteur sur une collection restée particulièrement discrète par manque de documentation. A cette occasion, une étude réalisée au début des années 2000, permettant de mieux comprendre l’histoire et l’origine de ces objets a été rééditée : Collection ethnographique de Côte d’Ivoire, l’esprit et la matière.

 

 

 
Le musée accueille régulièrement des expositions extérieures :

- Marionnettes territoires de création, coproduction THEMAA, 2012 ;

- Traces, l’animal sauvage en Franche-Comté du Moyen Age à nos jours, Archives départementales du Doubs, 2011 ;

- Secrets de plantes, CPIE du Haut-Doubs, 2006 ;

- etc.

La photographie privée, témoin social et historique


Version accessible
malvoyant

la Citadelle
en videos


S'abonner