illustration Le Muséum de Besançon

Le Muséum de Besançon Les espaces animaliers

Les animaux à découvrir

miniature gallerie
Aquarium
miniature gallerie
Insectarium
miniature gallerie
Noctarium
miniature gallerie
Petite ferme
miniature gallerie
Jardin zoologique

Programme de conservation

Ils font partie d’un programme de conservation

Le Muséum de Besançon s’est spécialisé au cours de ces dernières années dans la reproduction d’espèces menacées.
Au Jardin zoologique, 70 % des espèces présentées sont des espèces menacées inscrites sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale de Conservation de la Nature).

Ecrevisse des torrents – Austropotamobius torrentium :
présente en Europe de l’Est et plus que dans quelques ruisseaux français, en danger critique d’extinction, Liste Rouge France 2012, fait partie d’un programme d’élevage à des fins de réintroduction. © Muséum de Besançon

Apron du Rhône – Zingel asper :
présent en France et en Suisse, en danger critique d’extinction Liste Rouge Franche-Comté 2014, fait partie du Plan National d’Actions menant des élevages à des fins de réintroduction. © Jacky RENARD / Muséum de Besançon

Salamandre tachetée – Salamandra salamandra :
présente dans toute l’Europe, préoccupation mineure Liste Rouge France 2020, espèce menacée de disparition par un champignon pathogène. © Frédéric RAVENOT CEN

Criquet de Crau :
présent dans la plaine de Crau en France (dans les Bouches du Rhônes), en danger critique d’extinction Liste Rouge mondiale 2016, programme Life européen. © ML ZECHNER

Mygale bleue – Poecilotheria metallica :
présente en Inde, en danger critique d’extinction Liste Rouge mondiale 2008, en programme d’élevage européen. © Jacky RENARD / Muséum de Besançon

Rat des moissons – Micromys minutus :
présent en Europe en Russie et en Asie de l’est, préoccupation mineure Liste Rouge France 2017, en programme d’élevage à des fins de réintroduction dans l’Eure. © Eric ISSELÉE

Grand Hamster – Cricetus cricetus :
présent de l’Europe de l’est à l’Asie centrale, et dans certaines zones restreintes d’Europe occidentale, en danger critique d’extinction Liste Rouge mondiale 2020, Plan National d’Actions en faveur de sa sauvegarde. © Jacky RENARD / Muséum de Besançon

Ibis chauve – Geronticus eremita :
présent en Afrique du Nord et dans le Sud de l’Europe, en danger Liste Rouge mondiale 2018, Proyecto Emerita, en programme d’élevage européen à des fins de réintroduction. © David LEFRANC / Muséum de Besançon

Propithèque couronné – Propithecus deckenii coronatus :
présent à Madagascar, en danger critique d’extinction Liste Rouge mondiale 2018, Sifaka conservation, en programme d’élevage européen. © JY ROBERT

Grand Hapalémur – Prolemur simus :
présent à Madagascar, en danger critique d’extinction Liste Rouge mondiale 2018, Helpsimus en programme d’élevage européen. © Jacky RENARD / Muséum de Besançon

Sanglier des Visayas – Sus cebifrons :
présent aux Philippines, en danger critique d’extinction Liste Rouge mondiale 2016, ZGAP, en programme d’élevage européen. © JY ROBERT

Tigre de Sibérie – Panthera tigris :
présent dans l’est de la Russie, en Corée du Nord et en Chine, en danger Liste Rouge mondiale 2014, Wildcat conservation, en programme d’élevage européen. © JY ROBERT / Muséum de Besançon

Babouin Gélada – Theropithecus gelada :
présent en Ethiopie, préoccupation mineure Liste Rouge mondiale 2018, Gelada Research, en programme d’élevage européen. © Jacky RENARD / Muséum de Besançon

Tamarin lion – Leontopithecus rosalia :
présent au Brésil, en danger Liste Rouge mondiale 2015, Lion Tamarin Brazil Fundation, en programme d’élevage européen. © Jacky RENARD / Muséum de Besançon

© Hugo Barré-Chaubet

Couleuvre vipérine – Natrix maura :
présente dans le sud-ouest de l’Europe et en Afrique du nord, préoccupation mineure, En danger sur la liste rouge des reptiles et amphibiens de Franche-Comté, 2020, Voies navigables de France et Ligue pour la Protection des Oiseaux de Bourgogne-Franche-Comté en programme de sauvegarde régional.
© Hugo Barré-Chaubet

Programmes soutenus par la Citadelle

Détail des différentes manières d’investissement du Muséum dans des programmes de sauvegarde :

  • participation à des programmes d’élevages européens menés par l’EAZA
  • participation à des élevages conservatoires en partenariat avec des institutions œuvrant pour la conservation : Conservatoire des Espaces Naturels, Parcs régionaux, Réserves naturelles, Office Français pour la Biodiversité, Associations locales, etc…
  • soutien financier de projets de conservation in situ
  • des programmes de recensement et de suivis d’espèces dont le site est le lieu de vie

Chaque année le Muséum de Besançon s’engage, agissez avec lui !

Au total, ce sont 47 programmes de sauvegarde d’espèces soutenus en France et à travers le monde dont 7 projets de réintroduction.
Vous aussi, soutenez un projet de conservation.

Équipes engagées

Des équipes engagées au quotidien pour le bien-être animal

Le bien-être animal est défini par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) comme un état physique et mental de l’animal qui découle de la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux essentiels, ainsi que de ses attentes, tout en prenant en compte ses capacités d’adaptation. Le bien-être d’un animal est un état qui va varier en fonction de l’état physiologique de l’animal, de ses capacités cognitives et de son comportement. Il faut comprendre ce modèle comme un système dynamique, chacune des composantes pouvant être impactée individuellement faisant évoluer l’état de bien-être d’un animal.
Pour assurer le bien-être des animaux de son Parc zoologique, le Muséum de Besançon emploient des professionnels et spécialistes du comportement et de la biologie :

  • 22 soigneurs animaliers répondent aux besoins spécifiques des animaux et alertent dès qu’ils observent le moindre changement survenu : diminution de l’appétit, prostration, boiterie, refus d’interagir avec ses congénères…
  • 2 biologistes et 2 vétérinaires réalisent des suivis sanitaires et apportent des soins appropriés lorsque c’est nécessaire.

Le bien-être animal, qui s’évalue sur des critères zoologiques et éthologiques, dépend de l’environnement dans lequel l’animal se trouve. Les installations du Parc zoologique font l’objet de contrôles drastiques et parfois inopinés, et doivent respecter une réglementation stricte. Les soigneurs animaliers sont particulièrement soucieux des aménagements des enclos qu’ils repensent régulièrement et qu’ils agrémentent de différents éléments d’enrichissements favorisant l’activité des animaux :

  • Enrichissement alimentaire (alimentation variée, modes et lieux de distribution modifiés régulièrement)
  • Enrichissement de l’environnement (organisation de l’espace, type de matériaux, propositions d’activités variées y compris parfois de jeux, etc.)
  • Enrichissement social (respect de l’organisation sociale observée dans la nature : vie solitaire, en couple, en famille, en groupe d’individus apparentés, etc.)
  • Enrichissement cognitif (stimulation mentale par des jeux à résoudre et expériences nouvelles par l’olfactif par exemple)
  • Enrichissement sensoriel (tactile, olfactif/goût, auditif, visuel).

Le bien-être animal passe également par l’entraînement médical, basé sur des mécanismes naturels d’apprentissage. L’objectif est d’arriver à pratiquer des soins et des examens médicaux sans contention ni geste invasif de la part du soigneur : observation précise d’une partie du corps de l’animal, réalisation d’échographie, mise en caisse, prise de sang, etc… Ceci est rendu possible grâce à des techniques basées sur le jeu et l’encouragement. Sur la photo ci-dessus, une soigneuse pèse les sakis en les faisant venir d’eux-mêmes sur la balance. 

A noter que l’ensemble de l’équipe du Muséum de Besançon est reconnu à l’échelle internationale pour ses compétences zootechniques et ses capacités d’élevage d’espèces sensibles. Le Muséum est le lieu de naissances d’espèces rares, pour lesquelles parfois la naissance en captivité est une première (écrevisses, méduses, amphibiens, etc…), et qui demandent un travail rigoureux et minutieux en amont, comme les lémuriens, les écrevisses, les salamandres…

Découvrir le métier de soigneur

  • Soigneur d’un jour
    Découvrez le travail des soigneurs le temps d’une demi-journée en immersion et en action dans les coulisses de Parc zoologique de la Citadelle de Besançon… L’occasion unique de partager le quotidien d’un soigneur animalier : participation au nourrissage, aux soins, aux aménagements et au « enrichissements » de l’environnement offert aux animaux…

  • Toute l’année, participez à des activités au coeur des espaces animaliers
  • Point rencontre avec un soigneur
    Pendant 15 minutes, un soigneur répond à toutes vos questions sur son métier et sur les espaces animaliers.
  • Parcours adultes et enfants, différentes thématiques proposées

Faune sauvage

Découvrez la faune sauvage de la Citadelle

  • des programmes de recensement et de suivi d’espèces.
  • l’accompagnement des travaux pouvant impacter cette faune : les éviter lors des périodes clefs, proposer des mesures compensatoires, intégrer des cavités pour leurs nids en remplacement de celles que la restauration fait disparaître.
  • le cadrage d’évènements sportifs et culturels pour éviter les dérangements.
miniature gallerie
Galerie photo faune sauvage citadellle