A- A+

Au XVIIe siècle

1667
Louis XIV réclame la Franche- Comté au titre de l’héritage de son épouse.

1668
A l’issue de la première conquête de la Franche-Comté, Vauban décide de renforcer l’enceinte naturelle formée par la boucle du Doubs, qui entoure la vieille ville, par des tours bastionnées et de construire une citadelle sur l’éperon rocheux qui ferme le méandre. Il dessine les plans de la citadelle et commence la construction par le front de secours. En application du traité d’Aix-la-Chapelle (2 mai 1668), les Espagnols réoccupent la province et commencent la réalisation de la citadelle.
Ci-contre : détail du plan relief de Besançon, le Front royal de la citadelle. Musée du Temps, Besançon.

1674
La guerre reprend. Le roi Louis XIV installé au fort de Beauregard commande en personne, Vauban dirige le siège. Besançon résiste durant vingt jours défendue par le prince de Vaudémont. La ville prise, il faut sept jours encore aux troupes royales pour s’emparer de la citadelle. Louis XIV décide alors de faire de Besançon un des bastions de l’est de son royaume et charge Vauban de cette réalisation.
Ci-contre : Le siège de Besançon commandé par Vauban, Van der Meulen, 1674. Musée du Temps, Besançon.

1678 - 1683
Ce dernier juge la citadelle « fort belle, mais elle paraît n’avoir que les os ». Il écrit à Louvois en 1678 : « Faites achever les desseins de la ville et de la citadelle qui ne peuvent être meilleurs et considérerez après Besançon comme une des meilleures places de l’Europe, et sur laquelle le roi peut se reposer plus que sur une autre qui soit dans son royaume ».

Vauban reprend et complète les travaux engagés par les Espagnols à la citadelle. L’église Saint-Etienne sur la partie basse de la colline est détruite. En 1683, l’ensemble des principaux travaux fixés par Vauban à la citadelle s’achève. La citadelle est composée de trois fronts bastionnés : le Front Saint-Etienne, le Front royal et le Front de secours.

En construisant la citadelle, pièce maîtresse de l'ensemble fortifié de la ville sur la partie la plus étroite et laplusé levée. Vauban signe une réalisation majeure.

Ci-dessus : détail du plan relief de Besançon, la citadelle. Musée du Temps, Besançon.

1677 – 1693

De 1677 à 1693, selon les projets de Vauban, la quasi-totalité des fortifications de l’enceinte urbaine de la boucle et de Battant sont reconstruites. En 1687, Vauban  invente  un nouveau type de construction architecturale, les tours bastionnées, pour optimiser la défense de la ville contre les hauteurs menaçantes. Il optimise ainsi la défense du cœur ancien de la cité avec l’édification de six tours bastionnées le long du Doubs (tours bastionnées de Chamars, de Rivotte, de Bregille, des Cordeliers, du Marais et de Saint-Pierre), système véritablement novateur. Une seule tour bastionnée n’est pas parvenue jusqu’à nos jours, celle de Saint-Pierre. Sur la rive droite du Doubs, Vauban fait construire le fort Griffon, seconde citadelle faisant face à la première. La superficie de l’ensemble des fortifications de Vauban représente 195 hectares.

Achevées en 1693, après vingt ans de travaux, les fortifications de l’ensemble de la ville ont coûté si cher au trésor royal que Louis XIV aurait demandé si la citadelle n’avait pas été construite en or !

Ci-dessus à droite : plan relief de Besançon. Musée du Temps, Besançon.

 

Version accessible
malvoyant

la Citadelle
en videos


S'abonner