A- A+

Un lieu de mémoire


Besançon, la citadelle. Photographie des poteaux des fusillés.
Un de ces poteaux d'origine est présenté en salle 11 du musée.
© Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon.

Un musée au cœur de la Citadelle
Le musée se situe dans le bâtiment de casernement principal de la citadelle, surnommé "bâtiment des cadets" puisqu'une école pour ces jeunes futurs officiers y avait pris place à la fin du XVIIe siècle. Le musée ouvre officiellement le 8 septembre 1982, date anniversaire de la libération de Besançon.

Le choix hautement symbolique de la Citadelle pour ce Musée de France
La partie la plus sombre de son destin se déroule lors de la décennie 1940. De 1941 à 1944, c’est à la citadelle que sont exécutés les condamnés à mort du Tribunal militaire de la Feldkommandantur de Besançon. Quatre poteaux, installés après la guerre entre le puits et la Chapelle Saint-Etienne, témoignent de ces événements tragiques.

Cent résistants sont fusillés à la citadelle : 84 Français et 16 étrangers venant des Pays-Bas, d’Italie, de Suisse, du Luxembourg, d’Espagne et de Pologne. Seize membres des groupes FTP Guy Mocquet et Marius Vallet sont fusillés le 26 septembre 1943. Parmi eux, deux Espagnols et de jeunes Francs-Comtois, dont Henri Fertet, âgé de 16 ans, élève au Lycée Victor Hugo. Avant de mourir, il rédige une lettre poignante, témoignant de son engagement :
« Je meurs pour ma patrie, je veux une France libre et des Français heureux, non pas une France orgueilleuse et première nation du monde, mais une France travailleuse, laborieuse et honnête. Que les Français soient heureux, voilà l’essentiel ». La lettre est recopiée et imprimée clandestinement. Un hommage lui est rendu ainsi qu'à ses camarades sur les ondes de la BBC par Maurice Schumann. 

Le 7 septembre 1944, la citadelle est libérée par l’armée américaine. La ville de Besançon l'est le lendemain, 8 septembre 1944. La citadelle devient un lieu de détention pour les prisonniers de guerre de l'Axe, appelé Dépôt 85 (rubrique "L'actu de la recherche", paragraphe "La citadelle de Besançon à l'époque du Dépôt 85 - Camp de prisonniers de guerre de l'Axe (octobre 1944 - avril 1948)").

 

 

Portrait d'Henri Fertet 
© Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon.


Version accessible
malvoyant

la Citadelle
en videos


S'abonner