A- A+

L’Aquarium

L'Aquarium entièrement repensé - Réouverture le 2 juillet 2019

Très peu d'aquariums ont fait le choix de présenter la biodiversité locale en eaux douces. Celui du Muséum de Besançon compte parmi eux.

En 2019, l'Aquarium de la Citadelle fait peau neuve pour mettre à l'honneur la rivière dans toute la richesse et la diversité de sa faune et de sa flore, à travers l'exemple du Doubs.
L’installation de nouveaux bassins, dont deux de belles dimensions, permet l’accueil de poissons de grande taille (esturgeons, silures et carpes). De petits aquariums présentent quant à eux - entre autres - les Aprons du Rhône, poissons en danger critique d'extinction, dont le Muséum favorise la réintroduction dans le milieu naturel.
Outre les poissons, à l'horizon début 2020, la présentation sera élargie aux autres formes de vie qui cohabitent dans les milieux aquatiques. Eponges aux formes arborescentes, vaporeuses méduses, amphibiens, mollusques... seront mis en lumière dans cet espace entièrement repensé et réaménagé.

Enfin, à travers un discours scientifique actualisé, le projet offre un regard nouveau, d’une part sur les milieux aquatiques d’eau douce et leur biodiversité, d’autre part sur les enjeux de leur préservation.

Venez vous immerger dans l'univers insoupçonné des eaux douces...

)) Un réaménagement en deux temps ((

Aujourd’hui / Les nouveautés
• Des nouveaux bassins dont deux de grandes dimensions pour la présentation de silures, carpes et poissons migrateurs
• Deux nouveaux petits aquariums présentant notamment les Aprons du Rhône
• Des nouvelles espèces présentées dont la Grémille
• Une présentation des espèces introduites avec des poissons lyophilisés
• L’habillage de l’ensemble des aquariums en chêne blond (éco-responsable).

Demain / Achèvement février 2020
• Des aquariums complémentaires dévoilant la richesse aquatique des eaux douces (méduses, éponges, amphibiens, mollusques, etc...)
• Des vidéos immersives, un module ludique abordant la biodiversité des milieux aquatiques pour les petits, des sculptures de poissons à toucher
• Une nouvelle muséographie pour les six grandes vitrines de façade et la réalisation d’une carte en relief du bassin versant du Doubs
• Un dispositif original d’élevage de plancton permettant de nourrir les espèces présentées à l’aquarium
• Le platelage de la cour extérieure refait à neuf.

 

Installé au sein du “Petit arsenal” depuis 1975, l’aménagement de l’Aquarium constitue un bel exemple d’intégration de l’architecture contemporaine dans un monument historique. Plus de 30 espèces locales sont réparties au sein de différents secteurs : une salle voûtée, une cour extérieure et un bâtiment annexe nommé la « ferme aquacole ». L’Aquarium n’est pas une simple exposition de poissons. Il s’inscrit totalement dans la démarche du Muséum en présentant les menaces pesant sur certaines espèces de nos régions et en sensibilisant à la conservation.

Ci-contre : cour de l'Aquarium.

A l’intérieur de la salle voûtée de 300 m², un écosystème des eaux courantes est illustré par une reconstitution schématique de la rivière Doubs en coupe. Les visiteurs pourront admirer les diverses espèces de poissons peuplant les différentes parties du cours d’eau. De l’amont vers l’aval, truites et vairons des eaux fraîches à courant rapide laissent place aux perches et chevaines des eaux plus chaudes puis aux carpes et silures des eaux profondes à courant faible. La visite de la salle se termine par un vaste bassin représentant un bras mort dans lequel vous pourrez entre autres observer bouvières et épinoches.

La cour extérieure reproduit les caractéristiques des milieux aquatiques d’eaux stagnantes avec des zones humides riches en végétation et un « bassin de contact » qui permet aux petits et aux grands de toucher carpes cuir et carpes koï colorées. Quelques espèces de tortues et de plantes invasives sont présentées afin de sensibiliser le public aux dangers de l’introduction d’espèces allochtones.

Dans un bâtiment adjacent, la « ferme aquacole » abrite des espèces aquatiques menacées et emblématiques de la région. Ainsi, le visiteur peut apprendre quelques anecdotes sur la vie et la reproduction de l’Apron du Rhône et observer les écrevisses autochtones telles que l’Ecrevisse à pieds blancs et l’Ecrevisse à pattes rouges. Des écrevisses introduites peuplant les divers milieux aquatiques de Franche-Comté sont également visibles à la « ferme aquacole ». Une muséographie explicative sur les impacts des espèces invasives sur leurs congénères autochtones accompagnent la présentation.

Ci-dessus, à gauche : bassin de contact ; à droite 1 : ferme aquacole ; à droite 2 : écrevisses à pieds blancs (Austramopotabius pallipes).
Ci-dessous : Apron du Rhône (Zingel asper).

 

Version accessible
malvoyant

la Citadelle
en videos


S'abonner