illustration Un Muséum atypique illustration Un Muséum atypique illustration Un Muséum atypique illustration Un Muséum atypique illustration Un Muséum atypique illustration Un Muséum atypique

logo Musée de France Un Muséum atypique Gardien de la biodiversité

Inattendu en ce lieu hors du commun, le Muséum de Besançon occupe une place de choix dans l’enceinte de la Citadelle.
Des collections d’histoire naturelle aux nombreuses espèces vivantes présentées, tour d’horizon de cet établissement atypique consacré
à la compréhension de la biodiversité animale et végétale, ainsi qu’à son évolution.

Photo d'une partie de l'Aquarium du Muséum

Comprendre la biodiversité

Étude et diffusion des connaissances, conservation des collections, valorisation du patrimoine scientifique et naturel, conservation d’espèces et de leur milieu,
éducation, recherche, bien-être animal… les missions du Muséum de Besançon sont pour le moins nombreuses et diversifiées ! Et pour cause, il s’articule autour de deux pôles complémentaires qui vous permettront de mieux comprendre la
biodiversité, sa richesse et sa fragilité :

  • ses collections d’histoire naturelle comptant plus d’un million d’objets, dont un fonds naturalisé exceptionnel, en font un témoin précieux et une clé de compréhension des évolutions du vivant. Il est d’ailleurs reconnu « Musée de France » pour l’intérêt de son patrimoine scientifique et naturel,
  • son parc zoologique, réputé pour son implication dans les projets de conservation d’espèces locales comme les écrevisses, ou internationales comme les lémuriens, réalisés en partenariat avec des professionnels et scientifiques de la sauvegarde de la faune. Ses compétences zootechniques en matière d’élevage et de reproduction d’espèces rares et menacées sont reconnues à l’international.

Ma visite en six étapes

1 Le Naturalium

Commencez votre visite avec le Naturalium, pour découvrir la richesse de la biodiversité tant locale qu’internationale, son évolution, les menaces qui pèsent sur les milieux et les espèces, ainsi que les actions permettant de les préserver.

2 L’Aquarium

Venez vous immerger dans l’univers insoupçonné des eaux douces avec l’Aquarium. Plongez dans la rivière du Doubs, pour vous familiariser avec son riche écosystème, à commencer par sa flore et sa faune complexes allant du mollusque à l’esturgeon. Portez un regard nouveau sur les milieux aquatiques d’eau douce, leur biodiversité et les enjeux de leur préservation.

3 L’Insectarium

Poursuivez votre tour à l’Insectarium, où vous attendent plus de 60 espèces de tous horizons : insectes (fourmis, criquets, phasmes, mantes religieuses ou encore abeilles), arachnides (scorpions, mygales, etc.) amphibiens (comme les dendrobates et les mantelles) et bien d’autres.

4 Le Noctarium

La visite continue avec le Noctarium, un lieu unique en Europe pour apprendre à mieux connaître les petits animaux de nos régions. Grâce à une inversion du cycle jour-nuit, surprenez en pleine journée la vie nocturne de dizaines de petits mammifères et amphibiens locaux.

5 Le Jardin zoologique

Voyagez ensuite sur tous les continents avec le Jardin zoologique, pour observer des espèces rares de primates, d’oiseaux et de mammifères, toutes inscrites sur la Liste Rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) et menacées d’extinction.

6 La Petite Ferme

Votre visite se termine avec la Petite Ferme, où vous déambulerez tranquillement au milieu des chèvres naines, cobayes, lapins, dindons et poules.

le Grand Hapalémur

Focus sur ...

le Grand Hapalémur

Les scientifiques de Madagascar pensaient que cette espèce avait disparu depuis plus de 100 ans jusque dans les années 1980. Elle a été redécouverte en 1986 dans la forêt de Ranomafana, devenue alors Parc National en 1991. Les principales menaces expliquant la diminution drastique de sa population sont la déforestation, la culture sur brûlis et la pollution de l’eau par les activités humaines.

L’Association Française pour la Sauvegarde du Grand Hapalémur (AFSGH) ou HELPSIMUS s’est donnée pour mission de sauvegarder le Grand Hapalémur en mettant en œuvre des programmes de conservation qui associent un suivi scientifique de l’espèce, la protection de son habitat, l’aide au développement des villages riverains des groupes de grands hapalémurs et le financement de l’éducation des enfants. Le Muséum l’a soutenue financièrement depuis sa création en 2009, plus de 20 000 euros ont ainsi été reversés.

Grâce à Helpsimus, la population sauvage connue de Grand Hapalémur est estimée à environ 1000 alors qu’elle ne dépassait pas 100 individus en 2008. Le Grand Hapalémur fait partie des 25 primates les plus menacés au monde.

Les espaces animaliers

Découvrez l’ensemble des espèces emblématiques présentes au Muséum de la Citadelle de Besançon.

Découvrez les espèces emblématiques présentes au Muséum

Les espaces animaliers
Mary Anning

Focus sur ...

Mary Anning

Le Muséum de Besançon possède dans ses collections, ce moulage d’Ichtyosaurus tenuirostris, offert par le Muséum National d’Histoire Naturelle. Le spécimen original, vieux de plus de 175 millions d’années (Jurassique inférieur), vient tout droit des falaises de Lyme Regis en Angleterre. Lyme Regis, c’est justement là que Mary Anning découvre le premier squelette complet d’Ichtyosaure en 1812.

Issue d’un milieu modeste, Mary Anning collecte et revend des fossiles pour subvenir aux besoins de sa famille. Des ammonites pour la plupart, mais aussi quelques rares fossiles de créatures gigantesques… Lorsqu’elle découvre les restes fossilisés d’un reptile marin de près de 5 mètres, Mary n’a que douze ans. Le mystérieux reptile sera baptisé ichtyosaure.

1821, c’est la tempête. La falaise s’écroule, découvrant un peu plus les marnes bleues du Jurassique inférieur. Mary Anning parcourt frénétiquement la plage, marteau en main. Le nouvel éboulement vient de dégager un squelette quasiment intact de 3 mètres. Il s’agit, cette fois, du tout premier plésiosaure découvert.

Mary Anning ne se contente pas de récolter des fossiles, elle développe des notions précises pour les interpréter. Toutefois, bien qu’elle acquiert une certaine notoriété dans le milieu, ses contributions à la paléontologie seront peu reconnues…

Aujourd’hui, les historiens considèrent que ses découvertes ont largement contribué à la science en forgeant l’idée d’une profondeur des temps géologiques, et d’espèces passées aujourd’hui éteintes.

Les collections du Muséum d’histoire naturelle

Le Muséum de Besançon compte parmi les dix premiers muséums nationaux pour l’importance de ses collections, exposées ou en réserve, couvrant de nombreuses disciplines des sciences de la Vie et de la Terre : zoologie, ostéologie, paléontologie, géologie, botanique…

Découvrez les collections du Muséum d’histoire naturelle

Les collections du Muséum d’histoire naturelle